Interview de Chantal Jannet, Présidente du Fonds de dotation QUALITEL

 

QUALITEL a interviewé Chantal Jannet, présidente du Fonds de dotation depuis sa création en 2012. C’est l’occasion de revenir sur toute l’action 2018 : les projets des lauréats 2018, les visites à la rencontre des anciens lauréats, les partenariats mécénat avec des acteurs de la société civile, le renouvellement du partenariat avec la plateforme de crowdfunding Les Petites Pierres…

 

 

 

 

Quels sont les objectifs du Fonds de dotation QUALITEL depuis sa création en 2012 ?

Le Fonds de dotation QUALITEL a été créé en 2012 avec la volonté de répondre à la mission d’intérêt général de l’association qui est de promouvoir la qualité de l’habitat. Son objet est ainsi de soutenir toutes missions d'intérêt général à caractère social ou scientifique en faveur du logement des personnes défavorisées.

L’objectif est de soutenir des projets innovants et emblématiques. La notion de « participatif » est également très importante pour nous : la responsabilisation et l’implication des occupants nous paraissent absolument essentielles.

 

Quels types de projets le fonds soutient-il ?

Nous soutenons des initiatives autour de 4 grands axes :

  • Le logement et l’hébergement des plus défavorisés ;
  • L’éducation et la formation à l’appropriation et à l’utilisation du logement, car nous avons constaté une grande méconnaissance de certains publics sur ces questions ;
  • La recherche fondamentale portant sur la prévention, l’hygiène, la santé publique, les pollutions et nuisances, la défense de l’environnement naturel… Une recherche qui va dans le sens de la qualité de la vie à l’intérieur des logements ;
  • Les initiatives numériques : plateformes, applications… en lien avec les 3 critères précédents.

 

Quel bilan faites-vous de l’édition 2018 du Fonds de dotation ?

L’édition 2018 aura été tout à fait particulière. Nous avons reçu presque le double du nombre de candidatures par rapport à 2017, qui avait déjà été une année record par rapport aux éditions précédentes. C’est vous dire !

Au total, 222 organismes ont déposé un dossier. 18 d’entre eux ont été lauréats, c’est plus également que n’importe quelle autre édition.

Tous les progrès observés en 2017 ont ainsi été confirmés et amplifiés : la variété des thématiques abordées, la qualité des dossiers, la répartition géographique des porteurs de projets… Nos 4 catégories d’intervention ont été abondamment sollicitées, ce qui nous a permis de récompenser des projets dans chacune d’elle.

Je note que la progression de notre cible Recherche est l’une des plus dynamiques alors que nous avions beaucoup de difficultés à la toucher entre 2012 et 2016.

 

C’est un nouveau tournant pour le Fonds de dotation ?

Nous pouvons dire que le Fonds de dotation QUALITEL a définitivement changé de dimension en 2018, et commence véritablement à se faire un nom parmi l’ensemble des fondations et fonds de dotation luttant contre le mal-logement. J’en suis très heureuse. Cette plus grande notoriété auprès des acteurs de l’intérêt général est le résultat d’un travail de développement de notre structure entrepris en 2017, et qui se poursuit.

 

Vous avez en effet initié en 2017 un travail de partenariat. Quels étaient les objectifs pour 2018 sur ce point ?

En 2018, nous avons développé des partenariats de mécénat. Le Fonds de dotation QUALITEL a convaincu 3 entreprises de prendre part à son action et d’intégrer son appel à projets : le groupe de protection sociale HUMANIS, le groupe ROCKWOOL et le promoteur francilien PIERRE ETOILE.

En tant que mécènes, ils ont pu récompenser, sous forme de « prix spéciaux » et sur leurs territoires d’implantation, des initiatives solidaires en lien étroit avec leurs métiers et leurs enjeux d’engagement respectifs : améliorer l’autonomie des séniors, lutter contre la précarité énergétique ou encore offrir des places d’hébergement.

 

Quel sont les avantages à devenir mécène du Fonds de dotation QUALITEL ?

Contrairement à ce que l’on pense trop souvent, apporter son soutien au secteur de l’intérêt général ne s’improvise pas. Pour être mené dans de bonnes conditions, ce travail demande une expertise particulière, exige d’avoir une connaissance assez fine des acteurs et d’y consacrer du temps. C’est un véritable investissement !

Au sein de notre Fonds, nos partenaires mécènes ont pu bénéficier d’un cadre clair et structuré, ainsi que de notre réseau d’acteurs. Nous leur apportons notre expertise en matière de conduite d’appel à projets dans toutes étapes clés : diffusion de l’engagement, sourcing de projets, analyse des dossiers, organisation d’évènements, suivi… C’est très gratifiant !

 

Vous avez également renouvelé votre partenariat avec la plateforme de crowdfunding « Les Petites Pierres » ?

Le Fonds de dotation QUALITEL a en effet tenu à renouveler son partenariat, initié en 2017, avec « Les Petites Pierres » pour soutenir des projets avec la contribution du grand public.

Le renouvellement de ce partenariat, au-delà de son efficacité, nous permet d’illustrer notre engagement en faveur d’un mécénat novateur tourné vers les nouvelles pratiques numériques. Je vous invite tous à suivre ces campagnes parrainées et à apporter votre modeste contribution. Les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Fort du succès des 4 levées de fonds réalisées l’an dernier, nous avons décidé d’aller plus loin en 2018 en accompagnant 7 nouvelles initiatives, toutes issues de notre appel à projets. Nous apporterons la moitié du budget. L’autre moitié viendra du grand public.

 

Parmi les lauréats 2018, quels sont les projets soutenus qui vous ont le plus marqué ?

Dans le cadre de notre partenariat avec « Les Petites Pierres » justement, pour cette deuxième opération, le Fonds de dotation QUALITEL a souhaité s’engager tout particulièrement en faveur de deux publics : les femmes sans abris et les personnes réfugiées. J’ai été particulièrement interpellé par le projet porté par l’association Quatorze visant à construire des tiny-house pour migrants sans-abris et à proposer à des propriétaires solidaires de les installer temporairement sur leur terrain.

Les projets liés au numérique sont, comme l’an dernier, très intéressants. Le monde associatif foisonne d’idées innovantes pour mettre les nouvelles technologies au service de la solidarité. L’association Entourage par exemple, qui, à travers son application et son réseau numérique, permet à des particuliers de s’engager en faveur des personnes sans-abris vivant près de chez eux et de créer du lien social.

Je retiendrais également l’action de nos différents mécènes parce qu’elle est très diverse.

  • Le Groupe ROCKWOOL a souhaité lutter contre le phénomène de la précarité énergétique en Auvergne, territoire qui accueille son usine en France. Il finance ainsi des travaux de rénovation de 10 logements hébergeant des familles très modestes et gérés par le mouvement Habitat & Humanisme.
  • Très sensible à la situation des femmes enceintes isolées et sans ressources, PIERRE ETOILE a soutenu l’action de l’association La Maison de Tom Pouce en rénovant une maison d’accueil pour des jeunes mères et leur nourrisson.
  • Enfin, HUMANIS, pour illustrer son engagement en faveur d’un habitat adapté aux enjeux du vieillissement, a choisi d’orienter son soutien envers deux actions auxquelles nous croyons beaucoup au sein du Fonds. Le dispositif de « Familles Gouvernantes » inventé par les Udaf et le travail remarquable des Compagnons Bâtisseurs.

 

Quelle relation avec-vous avec les organismes lauréats une fois qu’ils sont récompensés ?

Le suivi des projets soutenus, et notamment en ce qui concerne la réalisation de leurs objectifs, est d’un intérêt primordial pour une structure comme la nôtre. Plus encore, cela fait partie des attentes de nos mécènes. Dans le cadre du soutien accordé, les lauréats doivent nous transmettre l’état d’avancement et l’état final du projet soutenu. En complément de ce travail, le Fonds va régulièrement à leur rencontre et organise des visites sur site, pour le compte des collaborateurs du Groupe QUALITEL ou de ses mécènes.

 

Avez-vous visité des projets soutenus dernièrement ?

Le 5 octobre dernier, nous avons visité à Paris deux projets ayant fait l’objet d’une campagne de crowdfunding en 2017 : la rénovation de la péniche d’hébergement du Fleuron Saint Jean gérée par l’Ordre de Malte France et un camion sanitaire par l’association Mobil’Douche. Organisé autour des solutions concrètes pour faire face à la précarité des personnes vivant à la rue, ce rendez-vous nous a permis d’appréhender les problématiques et les difficultés rencontrées au quotidien par ces artisans de la solidarité et de mesurer l’utilité sociale des dotations versées par le Fonds. D’autres rencontres seront prévues d’ici la fin de l’année et, bien sûr, en 2019.

 

Concrètement, où en est-on des projets soutenus depuis la création du fonds en 2012 ?

Nous avons réalisé en début d’année un bilan global du soutien accordé aux initiatives lauréates sur la période 2012-2016. Le taux de réalisation des projets ayant bénéficiés d’une dotation est très élevé : 93 %. Sur les 60 lauréats, seuls 4 d’entre eux n’ont pas pu mettre en œuvre leur projet, généralement à cause du désengagement d’un ou plusieurs partenaires financiers importants. Dans ce cas de figure, nous demandons systématiquement une restitution des sommes versées.

 

Comment le Fonds envisage-t-il l’année 2019 ?

Faire mieux que l’année précédente a toujours été la ligne directrice du Fonds de dotation QUALITEL. Pourquoi pas dépasser en 2019 la barre des 300 dossiers avec le soutien de davantage de mécènes ?!

A l’image de ce que nous avons mis en place l’an dernier dans le cadre de notre appel à projets, nous pérenniserons en 2019 notre dispositif de « prix spéciaux » qui permettent à nos différents partenaires de récompenser un enjeu particulier en lien avec leurs métiers. Nos prix « Précarité énergétique » et « Autonomie et Habitat » seront maintenus. Nous espérons en ouvrir d’autre avec de nouveaux mécènes. Notre souplesse de fonctionnement nous permet de pousser dans les réseaux n’importe quelles thématiques.

 

Faut-il s’attendre à des nouveautés ? Va-t-il y avoir des changements ?

Nous envisageons de lancer un second appel à projets en 2019 avec un mécène autour d’une thématique que nous aurions en partage. Il permettrait à ce partenaire d’affirmer un engagement de plus grande envergure que celui que permet notre offre de « prix spéciaux ».

Nous réfléchirons également à renouveler un partenariat avec une plateforme de financement participatif pour continuer à solliciter le grand public pour financer des projets solidaires.

Faute de candidatures de qualité, cette année nous n’avons pas réussi à intervenir dans les territoires d’outre-mer comme espéré, alors que les besoins en matière de condition de logement y sont très aigus. Nous espérons que 2019 permettra de satisfaire cet objectif.

D’un point de vue plus pratique et opérationnel, un changement de taille est à l’étude : la digitalisation du processus de candidatures de nos appels à projets. Plus flexible et plus rapide, la numérisation nous ferait gagner un temps précieux dans le traitement et nous permettrait de nous concentrer sur l’essentiel : l’analyse des dossiers. Des gains en termes de visibilité et de diffusion devraient également être au rendez-vous, pour le Fonds comme pour ses mécènes.

 

Que pouvez-vous dire aux entreprises qui souhaiteraient devenir mécènes ou partenaires du Fonds de dotation QUALITEL ?

Il y a des entreprises qui désirent s’investir en faveur du logement des plus défavorisés sans savoir quelle forme donner à cet engagement. Je peux dire à ces sociétés que le type d’action que nous proposons est idéal pour faire émerger des initiatives solidaires remarquables !