Rénover le parc existant, un enjeu national qui dépasse le volet thermique

Le point de vue de Bertrand Delcambre, président de l’Association QUALITEL.

Avec 60 % de bâtiments construits avant la première réglementation thermique, et donc très énergivores, le parc résidentiel français est confronté à un important défi de réduction de ses consommations énergétiques. Selon le baromètre Qualitel, 1 Français sur 3 est d’ailleurs insatisfait de la performance thermique de son logement. Ce sont aussi 20 à 30 % d’entre eux qui se plaignent du confort acoustique, de la qualité des matériaux ou encore de la ventilation chez eux. Dans le cadre de l’élaboration du futur Plan de Rénovation Énergétique de l'Habitat, en lien avec la loi ELAN, QUALITEL a promu une rénovation globale et de qualité, basée sur la formation des intervenants et sur une réhabilitation adaptée à chaque situation.

Un enjeu national

La mise en œuvre d’une rénovation massive des logements est donc nécessaire mais le rythme actuel de renouvellement du parc (moins de 1 % en 2017 – Source Rapport PACTE Juillet 2017) ne suffit pas à améliorer significativement son niveau global. S’il s’inscrit dans la continuité des différentes politiques mises en œuvre ces dernières années pour accélérer la transition vers des logements moins énergivores, le Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat, actuellement en cours d’élaboration, devra élargir son périmètre pour prendre en considération l’ensemble des caractéristiques d’un logement assurant confort et qualité de vie à ses occupants. Ce plan intervient dans un contexte où plusieurs difficultés majeures pour rénover les logements sont identifiées. La première concerne l’aspect financier, le coût important de ces opérations ne permettant pas à certains acteurs de les mettre en œuvre. La seconde porte sur le choix de la combinaison technique optimale qui doit être mise en œuvre pour ne pas aboutir à des contre-performances. Pour tous les projets, la formation des intervenants reste donc un levier essentiel.

Proposer une vision globale de la rénovation du parc existant

Il n’existe pas aujourd’hui de « réglementation globale » de la rénovation. Proposer un cadre unique à la réhabilitation des logements peut paraître utopique dans un contexte où les acteurs et situations sont très divers : professionnels et particuliers, bailleurs sociaux et propriétaires privés, acteurs isolés et copropriétaires, immeuble de quelques logements ou parc composé de plusieurs centaines de résidences… L’objectif national d’amélioration du parc doit donc prendre en compte ces catégories d’acteurs et ces différents enjeux. Chacun doit à terme pouvoir identifier ses besoins de rénovation, se mettre en relation avec des professionnels compétents, bénéficier d’une ingénierie adaptée et faire réaliser les travaux en suivant un processus simple et avec un résultat de qualité. Des moyens techniques et financiers sont nécessaires pour cette transition mais elle repose aussi sur une prise de conscience et une acculturation des professionnels du bâtiment et des particuliers.

Des rénovations adaptées et visant le confort de vie des occupants

Pour QUALITEL, une approche multicritère est essentielle, afin de dépasser les aspects purement thermiques et s’attaquer à l’ensemble des problématiques posées par des bâtiments vieillissants : acoustique, système de ventilation, confort d’été…. La rénovation doit s’attacher à répondre aux préoccupations des habitants afin de leur apporter un gain significatif de confort au quotidien, tout en assurant leur sécurité et sans alourdir leurs charges. Penser le logement comme un lieu de vie et non comme un objet technique est primordial pour QUALITEL, ceci afin d’assurer l’efficacité des opérations de rénovation et l’adhésion massive des habitants.

Avec la certification, QUALITEL souhaite apporter un cadre pour les rénovations à venir, en adéquation avec la réglementation. Bâtiments collectifs gérés par des bailleurs sociaux, copropriétés, maisons individuelles… la certification intègre les spécificités de chaque situation et permet un accompagnement et des exigences adaptés à chaque cas.

La rénovation doit être pensée à l’échelle nationale et donc être portée par l’ensemble des acteurs, professionnels comme particuliers.

 

Bertrand Delcambre, président de l’Association QUALITEL