L’analyse de Bertrand Delcambre, Président de l’Association QUALITEL

Suite à la présentation de la 1ere édition du Baromètre Qualitel sur la qualité de vie à la maison, Bertrand Delcambre juge que « les résultats de ce premier baromètre permettent d’apporter un éclairage utile aux décideurs publics comme à l’ensemble des acteurs œuvrant à la qualité de l’habitat. On voit par exemple que les logements construits entre 1900 et 1980 souffrent d’un déficit qualitatif qui est clairement ressenti par les Français. « Cela engendre des nuisances très concrètes dans leur vie quotidienne et cela pose donc clairement la question de la rénovation, pas uniquement énergétique, du parc de logements anciens. Celle-ci devient une priorité nationale. Elle constitue un enjeu fondamental en termes de qualité de vie des Français bien sûr, mais aussi d’activité économique et de progrès environnemental. La rénovation des logements anciens sera un chantier prioritaire du XXIe siècle. »

Par ailleurs, fort de ces enseignements, Bertrand Delcambre souligne l’importance de continuer à concevoir et appliquer des normes efficientes, en adéquation avec les nouveaux défis sociétaux et environnementaux : « alors que la population française vieillit, une majorité de Français jugent que leur logement n’est pas adapté pour les personnes âgées ou handicapées. De même, le logement de demain doit mieux prendre en compte les impacts du changement climatique comme les périodes de canicule ainsi que les préoccupations des Français relatives à leur sécurité, y compris sanitaire ».

Les normes portant sur l’habitat, après avoir montré leur efficacité pour améliorer la qualité du logement au cours des dernières décennies, et au moment où certaines d’entre elles sont critiquées, devront accompagner une mutation intelligente du logement pour répondre à ces nouveaux défis.