Eddie Jacquemart, CNL

La CNL a été, pendant de nombreux mois, l’un des acteurs dans l’établissement de ce nouveau repère de qualité de performance dédié au logement. NF Habitat répond mieux aux attentes des consommateurs par la prise en compte d’une simplification qui va permettre une lisibilité et une accessibilité des certifications et labels en cohérence avec les enjeux d’aujourd’hui et de demain. La certification NF Habitat et les outils mis à disposition par le groupe Qualitel doivent permettre aux entreprises, aux collectivités, aux consommateurs de s’intégrer dans l’environnement de demain.

En tant qu'association de consommateurs, comment jugez-vous l'évolution de la qualité des logements ? Notamment, quels sont aujourd'hui les grands enjeux pour l'habitat en termes de qualité et les nouvelles attentes des consommateurs en la matière ?

Pour la Confédération nationale du logement (CNL), la qualité des logements désigne la capacité d'un service à répondre par ses caractéristiques aux différents besoins des consommateurs. Les caractéristiques prises en compte, pour déterminer la qualité de service par exemple, sont évidemment variables en fonction du service proposé.


Nous pouvons constater dans notre organisation une attente importante des consommateurs sur la qualité de service tout en maîtrisant le coût des charges.


Dans un contexte difficile pour les familles, les obligations européennes à travers les certifications, les labellisations, le Grenelle de l'environnement, la loi relative à la transition énergétique et pour la croissance verte concernant les économies d'énergie, imposent aux consommateurs un coût financier pour la construction et la rénovation de plus en plus élevé. Malgré le fait que ces augmentations soient normalement compensées à long terme par des économies d'énergie, nous nous interrogeons sur le financement initial de ces améliorations liées à la mise en place d'une démarche de qualité de l'habitat. Quelle en est la répercussion sur les consommateurs ?


L'évolution des questions de l'énergie et du changement climatique pousse les pouvoirs publics à reconsidérer la façon dont ils développent leurs territoires. De nombreuses décisions qui sont prises actuellement doivent être questionnées sur le choix, la durabilité et le coût des matériaux de construction. Aujourd'hui les bâtiments « basse-consommation » ne semblent produire les résultats escomptés. En effet, les usagers dans l'habitat existant ont une charge logement toujours plus lourde du seul fait d'un besoin de résorber l'habitat énergivore.


Il est indispensable de penser globalement en intégrant à la réflexion les énergies renouvelables, les transports, les services de proximité. Il faut également prendre en compte la question de l'étalement urbain pour avoir une démarche durable.


Pour répondre efficacement aux défis des années à venir, à la vue des diverses réglementations et certifications, il faut promouvoir dès aujourd'hui un habitat de qualité pour mieux gérer le logement au plus près des besoins et des attentes des consommateurs. Décideurs, les consommateurs sont particulièrement exigeants en termes de qualité de vie, de confort, d'économies. Ils doivent être des acteurs à part entière. Nous restons vigilants et désirons avancer rapidement vers une plus grande garantie de résultats sur les nouveaux matériaux et équipements pour les consommateurs.