Rénovation de la tour Super-Montparnasse : qu’en pensent ses occupants ?

La Tour Super-Montparnasse a bénéficié en 2015 d’importants travaux de rénovation énergétique. L’opération a été réalisée en BIM et est certifiée NF Habitat. QUALITEL a souhaité interroger les occupants pour savoir ce que cette rénovation a changé dans leur quotidien.

La rénovation de la tour Super-Montparnasse, réalisée en 2015, a été unanimement reconnue comme « exemplaire » par la profession. C’est la première copropriété en France à être certifiée NF Habitat Rénovation. Elle a été récompensée par 3 grands prix (Grand prix Rénovation Durable Green Building Solution Awards, prix Batiactu « chantiers innovants », Trophée Fimbacte) et 2 nominations, au Mondial du Bâtiment et au BIM d’OR.

Mais si les professionnels du secteur la jugent exemplaire d’un point de vue technique, qu’en pensent les habitants des 270 appartements de cette tour ? C’est ce que l’Association QUALITEL et les agences Architecture Pélegrin et Lair et Roynette ont cherché à comprendre avec l’aide d’Ipsos…

Une rénovation énergétique et architecturale d’ampleur

Le projet initial pour la Tour Super-Montparnasse était le ravalement complet de sa façade. Cette réhabilitation a ouvert le champ à d’autres projets d’amélioration pour cette copropriété. La réflexion a ensuite évolué pour aboutir à une opération de rénovation globale pour viser un immeuble sûr, durable, confortable, avec des charges énergétiques maîtrisées. Les copropriétaires ont ainsi voté un programme de travaux d’un montant de 5 millions d’euros : isolation thermique par l’extérieur, nouvelles fenêtres et réfection du système de ventilation.

En complément de la recherche d’une meilleure performance énergétique, pour les copropriétaires, il s’agissait aussi d’améliorer leur qualité de vie, en particulier leur confort thermique en hiver et en été. Ces attentes ont-elles été comblées ?

Acoustique, thermique, qualité de l’air : les principales améliorations apportées par la rénovation

Pour les personnes présentes avant et après les travaux, les grandes améliorations concernent :

  • Le confort acoustique : 40 % considèrent qu’il y a une diminution du bruit venant de la rue, et pour 17 %, une meilleure protection vis-à-vis des bruits provenant d’appartements voisins / de l’immeuble.
  • Le confort thermique en été et en hiver : pour une personne sur cinq, en ce qui concerne le froid et la chaleur ressentis chez eux, et pour 14 %, il y a moins de courants d’air.
  • La qualité de l’air intérieur : 21 % des personnes considèrent qu’ils bénéficient d’une meilleure ventilation.

Au-delà des aspects de confort, l’esthétique joue également un rôle dans la satisfaction des habitants : plus de 3/4 des résidents présents avant les travaux trouvent la tour plus belle qu’avant la rénovation.

91 % des occupants satisfaits de la qualité de leur logement

Les résidents de la Tour Super-Montparnasse sont nettement plus satisfaits de la qualité de leur logement que la moyenne des Français habitant en appartement : 91 %, contre 84 % pour la moyenne nationale.

Des bénéfices sont clairement identifiés :

  • Une luminosité naturelle dans les logements : 95 % de satisfaits, soit 9 points de plus que la moyenne des Français habitant en immeuble.
  • Un faible niveau d’humidité : 89% sont satisfaits, soit 12 points de plus que la moyenne (77 %).
  • Un bon confort thermique : 73% sont satisfaits, soit 10 points de plus que la moyenne (63 %).

Ces différents sujets de satisfaction se traduisent dans le Qualiscore (indice de la qualité perçue des logements utilisé dans le cadre du Baromètre Qualitel) : il atteint la note de 7,4/10 pour les habitants de la tour, contre 6,3/10 pour l’ensemble des Français habitant en immeuble.

Des économies d’énergie peu visibles pour les habitants

Sur d’autres points, le bénéfice de la rénovation est plus mesuré. Ainsi, seuls 8 % des occupants considèrent que leur facture énergétique a diminué depuis la réalisation des travaux. Aux yeux des propriétaires présents dans la tour avant les travaux, le retour sur investissement demeure encore peu perceptible. En effet, si près de la moitié pense que cette rénovation a augmenté la valeur de leur logement, ils sont 7 sur 10 à estimer que le montant dépensé à cet effet est élevé.

Placer l’amélioration de la qualité de vie des habitants au centre des rénovations

La rénovation des copropriétés représente un enjeux national fort pour lequel il est primordial de prendre en compte le confort des habitants. Si la consommation d’énergie a théoriquement diminué de 40 % après les travaux, elle n’apparaît pas comme une composante importante de la satisfaction globale des habitants de la tour sur la qualité de leur logement. Ils sont plus sensibles aux gains en termes de confort thermique et acoustique, de qualité de l’air ou encore à l’esthétisme extérieur. C’est d’ailleurs ce que révèle la 2e édition du Baromètre Qualitel : la première motivation des français pour rénover est bien le confort (48 %).